Parution actuelle

Mot de l’éditeur

Le Salon du Bourget : un événement exceptionnel!
Je ne doute pas qu’en tant que lecteurs du magazine Aviation, vous serez surpris de voir, pour la première fois en 21 ans, un avion de ligne sur notre page couverture, même si la mission de notre magazine est de diffuser de l’information sur l’aviation générale et récréative! Il y a longtemps que je désirais aller visiter le Salon du Bourget, et c’est fait! En compagnie de Richard Saint-George, je suis donc allé visiter à la fin juin le plus important salon commercial dans le domaine de l’aérospatiale au monde.

Communément appelé le GIFAS pour Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales, cet événement qui se tient tous les deux ans à l’aéroport du Bourget en était à sa 52e édition.

Il y avait cette année 2381 exposants en provenance de 48 pays. Plus de 142 000 visiteurs professionnels se sont présentés du...

lire plus

Le Salon du Bourget : un événement exceptionnel!
Je ne doute pas qu’en tant que lecteurs du magazine Aviation, vous serez surpris de voir, pour la première fois en 21 ans, un avion de ligne sur notre page couverture, même si la mission de notre magazine est de diffuser de l’information sur l’aviation générale et récréative! Il y a longtemps que je désirais aller visiter le Salon du Bourget, et c’est fait! En compagnie de Richard Saint-George, je suis donc allé visiter à la fin juin le plus important salon commercial dans le domaine de l’aérospatiale au monde.

Communément appelé le GIFAS pour Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales, cet événement qui se tient tous les deux ans à l’aéroport du Bourget en était à sa 52e édition.

Il y avait cette année 2381 exposants en provenance de 48 pays. Plus de 142 000 visiteurs professionnels se sont présentés du lundi au mercredi et les journées grand public ont attiré 180 000 adeptes de l’aviation. Les chiffres sont impressionnants : 54 000 m2 d’espaces intérieurs d’exposition, 40 000 m2 d’espaces extérieurs, 340 chalets et 27 pavillons nationaux. Il y avait plus de 140 avions sur le tarmac, dont le nouveau Airbus A321neo, l’Airbus A350-1000, le Boeing B787-10, le Boeing B327 Max9, le chasseur F-35 et le CS300 d’Air Baltic. D’ailleurs, le CS300 était bien visible avec le logo d’Air Baltic en vert sur la dérive. Plus de 290 délégations officielles de 98 pays et 7 organisations internationales, dont l’OTAN et l’ONU, se sont présentées au salon. Au niveau des affaires commerciales, des commandes d’une valeur de 150 milliards de dollars ont été annoncées, dont 897 commandes et engagements d’achat d’avions pour une valeur catalogue de 115 milliards.

Je ne suis pas pilote de ligne et je ne peux témoigner des avantages technologiques de la CSeries sur ses compétiteurs, mais j’ai eu l’opportunité de visiter le CS300 d’Air Baltic et de m’asseoir du côté pilote. J’ai ressenti un grand sentiment de fierté. Si on met de côté toutes les polémiques, le CS100 et le CS300 sont de magnifiques avions construits par une entreprise dont le siège social est situé au Québec et qui procure de l’emploi à des dizaines de milliers de travailleurs. Le pilote d’Air Baltic avec qui j’ai discuté ne tarissait pas d’éloges sur les qualités de vol exceptionnelles de cet avion. Il était très fier. Si j’avais un souhait, ce serait que les Québécois aient la chance de visiter un avion de la CSeries. Pourquoi Bombardier ne ferait-il pas une tournée dans les principales villes du Québec afin de montrer aux Québécois ce à quoi a servi leur investissement? Cette tournée aurait un énorme succès!

Bons vols!

Éditions précédentes