JE PLANIFIE MON PROCHAIN VOYAGE EN HÉLICO !

Vous prévoyez faire un long voyage en hélico cet été? Que vous partiez pour quelques jours ou deux semaines, sachez qu’un voyage en hélico ne s’improvise pas. Avant de vous lancer sur la route du ciel, voici 5 conseils pour partir en toute tranquillité.

Planifiez votre itinéraire

Je suis toujours surpris le matin d’un départ pour un long voyage avec mes amis pilotes de réaliser qu’à l’exception de leurs valises, rien n’a été planifié. C’est du style, on verra en s’en allant.

Débutons par la base : la route. J’apprécie beaucoup mon GPS qui me donne toujours la route directe, mais il ignore les endroits à ne pas manquer. Imaginez, lors de notre vol entre Banff et Jasper, il nous faisait passer à l’ouest du lac Louise (ouf! 10 minutes de détour!!!). Donc, je vous recommande de faire la liste de tous les endroits qui méritent le détour et de créer vos points de cheminement (way points) avant de débuter la planification de la route.

Assis confortablement dans votre salon, prenez quelques minutes pour établir la liste des meilleurs endroits pour passer la nuit. Je vous recommande fortement une ville assez importante.

Lors de mes premières expéditions, nous décidions de nos arrêts en fonction de l’heure et non de la ville. À une occasion, nous étions dans une belle petite ville avec un seul petit motel et un seul restaurant (Pizza Hut). Malheureusement, pour les trois jours qui ont suivi, la météo a décidé que nous resterions dans cette belle petite ville et que nous mangerions chez Pizza Hut pour déjeuner, dîner et souper…. pour trois jours! Donc, choisissez une ville qui vous permettrait de passer du bon temps en cas de mauvais temps!

Choisissez une route en fonction de votre expérience

S’il s’agit d’un premier vol-voyage de 3 à 5 jours, je ne vous recommanderais pas un vol vers Kuujjuaq. Ce type de vol requiert plus de planification (déroutement, essence) et une meilleure connaissance des conditions météo. Par exemple, si on annonce des vents du 090° dans la région de Sept-Îles, attendez-vous à avoir de la brume basse, ce qui va vous demander une plus grande expérience de vol.

Au Québec, nous sommes privilégiés avec le fleuve. Il y a des endroits fantastiques comme la Côte-Nord à partir de Québec jusqu’à Natashquan. Difficile de se perdre si on suit le fleuve! Donc, la navigation est plus facile et ça vous permet de profiter, comme vos invités, de magnifiques paysages. Même chose du côté de la Gaspésie. De plus, je vous recommande fortement pour votre premier vol-voyage de le faire en compagnie d’un ou deux autres hélicos.

Avoir le bon équipement à bord

Je remarque que peu de mes amis pilotes qui m’accompagnent prévoient un équipement minimal à bord de leur hélicoptère pour des situations, disons, moins agréables. Je ne parle pas d’urgence, je parle seulement de mauvaises conditions météo qui nous empêcheraient d’atteindre notre destination en temps prévu. Exemple, nous prévoyons dîner à Sept-Îles et la météo nous oblige à nous poser en attendant que les conditions s’améliorent. Donc, prévoyez un peu d’eau. Quelque chose à manger serait un minimum. Par expérience, le chasse-moustiques est souvent le bienvenu ainsi que des vêtements plus chauds. Personnellement, j’ai toujours à bord tout ce qu’il me faut pour attendre 24 heures.

Si je prévois voler en bordure du fleuve ou d’une grande surface d’eau, j’ai toujours des ceintures de sauvetage sur le siège, prêtes à enfiler. Il m’est arrivé de retour de la Basse-Côte-Nord d’être pris dans un orage près de Charlevoix et de voir que, de l’autre côté du fleuve, il y avait un gros soleil. Mes ceintures étaient dans le cargo… Vraiment très utile!!!

En plus, il serait recommandé d’avoir ce qu’il faut pour communiquer avec quelqu’un pour l’informer d’un retard ou de l’endroit précis de votre arrêt. Donc, ayez un téléphone satellite comme Garmin InReach.

Pour ceux qui voudraient faire une excursion dans les îles du Sud, envoyez-moi un courriel pour que je puisse vous donner le kit requis pour traverser d’île en île. J’ai eu la chance de faire la traversée des îles Caïmans vers la Floride (Caïmans – Jamaïque – Haïti – Turks & Caïcos – Bahamas – Floride).

 Pensez à la sécurité

À quoi pensez-vous lorsque l’on parle de sécurité pour un vol-voyage de quelques jours? Récemment, j’ai posé cette question à un groupe (3 hélicoptères) qui partait pour la Floride. Surprise! Les réponses (lorsqu’il y avait des réponses) révélaient peu ou pas de réflexion ou de préparation à ce sujet!

Il est important de s’assurer de votre sécurité et de celle de vos passagers. Lorsque je pars pour un long voyage, je fais toujours une inspection complète de l’hélico quelques jours avant le départ. Imaginez le stress de prendre la décision de vol ou d’annuler le matin du départ! D’un côté, tu as tes collègues des autres hélicos qui te regardent et espèrent que tu dises que tout est OK; de l’autre, tes passagers eux aussi espèrent que tu confirmes que l’on décolle. En faisant cette vérification complète quelques jours avant, cela me permet de régler tous les problèmes éventuels et, si jamais cela ne pouvait être réglé, de prendre des moyens pour profiter du voyage qui avait été prévu.

 Profitez-en!

Trop souvent, comme pilotes, nous sommes préoccupés par la météo, le poids de nos invités, la préparation de l’hélico, les fréquences pour les différentes radios en route, etc., et on oublie de prendre le temps d’admirer le paysage, à l’occasion de voir des bêtes sauvages ou de voir le sourire de nos amis qui découvrent les vues fantastiques que seul un hélicoptère peut vous offrir!

Prenez le temps! Profitez-en au maximum!

imprimer cet article