LE BLÉRIOT XI, PREMIER AÉRONEF À SURVOLER MONTRÉAL EN 1910

Suite et fin

Pour être honnête le décollage me pris par surprise. Initialement le nez montait d’une façon alarmante et autre surprise fut la combinaison du tangage et la non-réponse du gouvernail de profondeur. La vidéo montre clairement jusqu’à quel point la contribution du gouvernail était requise pour stabiliser l’angle de tangage. À un moment donné ayant appliqué la gouverne avant, j’ai tiré brusquement l’accélérateur afin de rabaisser le nez mais durant ce bref moment j’ai eu peur que le moteur cale. Mon plan était simple je devais converger doucement vers le sol.

Il en est passé du temps depuis le Blériot III

La commande de direction était quelque peu moins stimulée en vol, et ma trajectoire heureusement droite n’a pas mis à l’épreuve ma décision de résoudre la déformation de la voilure latérale. Une combinaison de réduction de l’accélération et un apport imprécis de la gouverne de profondeur m’a conduit à un atterrissage aussi surprenant que le décollage l’avait été, la chance était avec moi. Comme le moteur était doucement en voie de s’arrêter, j’ai pu entendre, derrière moi, les gens qui couraient et qui criaient leur joie, le Blériot du CAHC avait volé.

Un simple tour à bord du Blériot c’est comme manger une seule croustille on en redemande. Mon seul regret fut de ne pas avoir eu assez de temps pour explorer à fond ses capacités en vol. Ceux qui s’y connaissent en matière de vieux avions m’ont dit qu’un certain degré de retenu au sol peut être imposé en utilisant la résistance de la déformation de la voilure. J’aurais aussi aimé pousser plus à fond mon examen sur la calle de queue et de son effet, pour avoir moins de décollage abrupt. Peu importe, avec cette envolée réussie on pouvait dire mission accomplie.

Redécouvrir l’histoire

L’histoire jusqu’à présent relate ma brève expérience d’avoir volé dans une réplique du Blériot XI. Avant tout un écrivain s’inspire de ses expériences pour écrire. Le reste de cette épopée moderne du Blériot, au-delà de ces 10 secondes dans les airs et en attendant d’en connaître D davantage l’avion est exposé au CAHC à Sainte Anne de Bellevue près de Montréal. »

Le Blériot XI traversant la Manche

 

News/Article /23 février, 2010

Par Robert Erdos News/Article /23 février, 2010

Traduction libre de : Roger Coupal pour la FAQ

 

Diplômé de la U.S Test Pilot School, Rob Erdos est un pilote expérimental spécialisé dans les hélicoptères, il a en plus obtenu un diplôme d’ingénieur de la Royal Military College et une maîtrise en recherche sur les systèmes d’avion de plus M. Erdos est un ancien entraîneur de la Royal Canadian Air Force en vue de la formation des pilotes en recherche et sauvetage.

Il est aussi un constructeur d’avion et un pilote passionné d’anciens et historique modèle pour la Vintage Wings of Canada. M. Erdos a aussi piloté des légendes comme le Spitffire et le Hurricane.          

 

La FAQ  et l’APBQ encouragent fortement ses membres et leurs amis à visiter ce musée (http://www.cahc-ccpa.com/) Les visiteurs pourront peut-être y rencontrer les membres de l’équipe ceux-là  même qui ont conçu le projet et qui l’ont construit.  Il se peut aussi qu’ils en apprennent davantage sur les exploits de Jacques de Lesseps qui a vécu voilà près de 80 ans et qui ont inspiré un groupe de maîtres artisans  à recréer l’expérience de  vol du Blériot moderne.

 

 

imprimer cet article