LE F-4G PHANTOM II « Wild Weasel »

SAM BUSTER ET CHASSEUR DE RADAR ENNEMI

Le magazine Aviation vous présente le F-4G Phantom II « Wild Weasel », chasseur de radars ennemis avec lequel le reporter a déjà vécu des moments exceptionnels. Dans le cockpit, il a pu discuter avec l’un des pilotes. C’est un souvenir inoubliable qui ne l’a jamais quitté et qu’il adore partager. 

F-4 G Phantom II « Wild Weasel », 561st Black Knights, Spectacle aérien de Mirabel, 1995.
Photo : Martin Cormier

Pendant le Spectacle aérien de Mirabel de 1995, installé dans le cockpit avant du F-4G Phantom II (69-0286), celui-là même qui a participé à l’Opération Desert Storm et qui a détruit huit radars irakiens avec le 81th Tactical Fighter, le passionné d’aviation que j’étais en a eu plein la vue. Mais ce furent là les derniers instants des F-4G Phantom II « Wild Weasel » et de leurs missions SEAD (Suppression of Enemy Air Defense) avant leur retrait définitif par l’US Air Force en 1995 et par l’Air National Guard en 1996. Le F-4G Phantom II « Wild Weasel » vient d’une lignée d’appareils servant aux opérations de destruction de stations radars et de sites de missiles antiaériens (SAM). Le premier F-100F Super Sabre (biplace) avec un moteur peu performant s’est frotté aux systèmes de défense aérienne lors de la guerre du Vietnam. Il fut remplacé en F-105F et, plus tard, en G Thunderchief avec les équipements améliorés de missiles AGM-45 Shrike et AGM–78, mais toujours peu efficaces face au Vietnam-Nord. Car là-bas, on avait des missiles SAM 2 et des radars RSNA-75 M (Fan Song B). On disait que leur réseau de batteries antiaériennes était plus imposant que celui de l’Allemagne nazie.

Un 2e F-4 G Wild Weasel, Spectacle aérien de Mirabel, 1995.
Photo : Richard Girouard

Après ce conflit, l’US Air Force se devait de répondre à la nouvelle menace des systèmes de radars et de défenses antiaériennes russes des pays du Pacte de Varsovie et de leurs SAM-6 Gainful, SAM-8 Geko, SA-9 Gaskin, SA-13 Gopher et de leur système motorisé à chenilles, dont le puissant ZSU-23/4 Shilka de 4 canons de 23 mm et son radar. C’est ainsi que trente-six F-4C sont transformés en EF-4C Phantom Wild Weasel IV. Incapable de transporter ou tirer le missile AGM 78, l’avion ne tire que le AGM-45 Shrike. L’USAF opte pour le F-4E Phantom II, successeur du EF-4C Wild Weasel IV. C’est à la base aérienne d’Ogden, au Air Logistics Center, Utah, qu’un F-4E (69-7254) est modifié en YF-4G Phantom. Avec cette mise à niveau du cockpit pour gérer un environnement de combat électronique, c’est la variante Phantom II la plus avancée. Avec une capacité étendue d’attaques au sol et sans canon interne, il devient le Wild Weasel V F-4G.

Aperçu de la foule autour d’un F-4 G Phantom, Spectacle aérien de Mirabel, 1995.
Photo: George Couris

Au début, avec un réservoir 600 gallons US (2 271,25 litres), l’avion est équipé d’un pod de contre-mesures électroniques de brouillage radar ALQ-119 pour se défendre avec des missiles AIM-7 Sparrow et des AIM-9 Sidewinder. Comme missiles air-sol pour détruire les radars, il est muni d’AGM 45, d’AGM-78 et vers la mi-1980, d’AGM-88 HARM. Il utilise le AGM-65 Mavrick électro-optiques et des bombes CBU-52, MK-82 de 500 livres. 116 F-4 E Phantom seront modifiés en version G pour des missions « Wild Weasel » (lutte aux radars et missiles ennemis).

Martin Cormier avec l’un des pilotes du F-4 G Phantom II, Mirabel, 1995.
Photo : Martin Cormier

Avec un radar Westhinghouse AN/APQ-120 V, un conteneur ALE peut lancer 40 « chaffs » (paillettes de filaments métalliques) pour brouiller des radars et des cartouches éclairantes pour leurrer les tirs de missiles ennemis. Le pilote et son copilote peuvent mieux détecter les menaces avec le radar principal du F-4G, maintenant mieux équipé. L’avion est muni de bords d’attaques avant des ailes et d’un système de réception radar dont le APR-38(t) (Radar Homing and Warning Receiver). Avec un processeur numérique installé dans le cockpit pouvant être programmé pour identifier les systèmes radars ennemis et en affichant sur écran les localisations possibles, on pouvait prédéterminer l’ordre des priorités de destructions. Plus tard, ce sera avec un APR-47.

Écusson offert par un pilote du 561 St Fighter Squadron, base aérienne de Nellis, Nevada.
Photo : Martin Cormier

Le premier appareil a été livré le 28 avril 1978 à l’USAF. Des escadrons de F-4G de l’USAF furent actifs tels le 90th TFS Pair-O-Dice du 3rd TFW à la base aérienne de Clark, Philippines, le 561st Black et le 562 TFTS Weasel du 35th TFW, à la base aérienne de George, Californie. Il en fut de même pour les 23rd Fighter Squadron, Fighting, 81st TFS Panthers et 480th TFS Warhawks du 52 Tactical Fighter Wing, de la base aérienne de Spangdahlem, Allemagne de l’Ouest. En 1991, lors de la guerre du Golfe, à la base aérienne de Shaikh Isa, Bahreïn, des F-4G Phantom Wild Weasel du 35th TFW de la base de George, Californie,  et du 52th TFW de Spangdahlem, Allemagne, ont effectué 3942 sorties de combats, tiré 1000 missiles air-terre et ont détruit 200 sites de missiles SAM. Douze F-4G et 12 F-16C du 52thTFW ont été aussi déployés lors de ce conflit à la base d’Incirlik en Turquie. En 40 jours de combat, le 52th TFW avait détruit 142 radars irakiens.

Écusson offert par des membres d’équipage du F-4 G Phantom II.
Photo : Martin Cormier

Avec de nouveaux pods d’un système de contre-mesures électroniques tels les (ECM) AN/ALQ-131 et AN/ALQ 184, les F-4 G optent pour des missiles AGM-88 HARM et des bombes CBU pour détruire les radars, les sites de missiles sol-air et les canons antiaériens. En 1993, après la guerre du Golfe, des F-4 G du 57th Wing participent à l’Opération Provide Comform  pour des « No fly Zones » au nord de l’Irak. La même année, le 124th FW de l’Air National Guard de l’Idaho participe aux supports aériens de l’Opération Souththern Watch. Le 20 avril 1996, c’est le retrait définitif du F-4G Phantom II du National Air Guard d’Idaho et la fin d’une époque de ce type d’appareils. Plus tard, des F-4G furent utilisés comme drones pour tester des missiles au-dessus du golfe du Mexique, Floride.

Écusson de participation du F-4 G Phantom II, Operation Provide Comfort, 1994.
Photo : Martin Cormier

Pour leurs photographies, un merci spécial est adressé à M. Richard Girouard et à M. George Couris.

 

SOURCES

http://www.aerialvisuals.ca/AirframeDossier.php?AirframeSN=146960

Phantom Sory d’Anthony M Thornborough and Peter E Davies

F-4 Phantom II in detail & Scale de Bert Kinzey, 1993

Mc Donnell Douglas F-4 Phantom Part 1, Andy Evans Sam Publications

 

Wikipédia 

https://theaviationgeekclub.com/incredible-story-f-4g-wild-weasel-dodged-6-sams-seconds-operation-desert-storm/

https://www.defensemedianetwork.com/about/

 

 

 

imprimer cet article