Parution actuelle

Mot de l’éditeur

Depuis que j’ai lancé le magazine Aviation, il y a presque 25 ans. Je me suis fait un devoir et surtout un plaisir d’aller rencontrer les pilotes et les amateurs d’aviation dans différents coins du Québec. Un devoir, car j’ai la chance de rencontrer les organisateurs de plusieurs événements, rencontrer aussi ceux qui animent les spectacles aériens, comme on dit. Ce sont souvent les sujets de nos différentes chroniques pour les éditions à venir de ce magazine. J’ai aussi la chance de rencontrer mes clients, car beaucoup d’entre eux profitent de ces occasions pour, eux aussi, avoir la chance de présenter leurs produits aux amateurs. Et en terminant, j’aime bien quand pilotes et amateurs m’expriment leurs points de vue sur ce qui se passe dans le monde de l’aviation et qui,
souvent, me donnent des idées d’articles qu’ils aimeraient retrouver dans ce magazine.

Cette année, tout a ét...

lire plus

Depuis que j’ai lancé le magazine Aviation, il y a presque 25 ans. Je me suis fait un devoir et surtout un plaisir d’aller rencontrer les pilotes et les amateurs d’aviation dans différents coins du Québec. Un devoir, car j’ai la chance de rencontrer les organisateurs de plusieurs événements, rencontrer aussi ceux qui animent les spectacles aériens, comme on dit. Ce sont souvent les sujets de nos différentes chroniques pour les éditions à venir de ce magazine. J’ai aussi la chance de rencontrer mes clients, car beaucoup d’entre eux profitent de ces occasions pour, eux aussi, avoir la chance de présenter leurs produits aux amateurs. Et en terminant, j’aime bien quand pilotes et amateurs m’expriment leurs points de vue sur ce qui se passe dans le monde de l’aviation et qui,
souvent, me donnent des idées d’articles qu’ils aimeraient retrouver dans ce magazine.

Cette année, tout a été annulé. Rien nulle part. Niet. Aucun rendez-vous aérien ni au Québec ni à l’extérieur. Même AirVenture (Oshkosh) a été annulé. Ce n’est jamais arrivé en plus de 50 ans. Il y a un mois, j’ai effectué un vol vers Québec et, au sol, lorsque j’ai demandé la permission de stationner mon avion pour prendre en note une autorisation et préparer mon vol de retour, la contrôleuse m’a permis de me stationner derrière une rangée d’Airbus d’Air Transat. Ces avions étaient eux aussi stationnés devant le terminal, en attente d’embarquer des passagers qui ne se sont jamais présentés. J’étais seul sur
l’aéroport. C’était un paysage irréel.

Avec les restrictions au niveau du nombre de visiteurs par événement et les mesures de distanciation sociale, il semble que la situation ne reviendra à la normale ou à peu près que lorsque nous aurons trouvé un vaccin, en espérant que ce soit pour bientôt! Mais soyez assurés, chers lecteurs et lectrices, que de notre côté nous allons continuer de travailler fort pour maintenir une qualité de chroniques et d’articles intéressants pour vous!

Bon vol!

Éditions précédentes