NOUVEAU MINISTRE DES TRANSPORTS À OTTAWA

Les mois d’automne s’avèrent toujours très actifs à l’ATAC et cette année ne fera pas exception.

Par John McKenna

Contrairement à la tradition de se mettre au neutre pendant la période précédant la campagne électorale, ce gouvernement a accéléré la cadence. Ce niveau accentué des activités gouvernementales pourrait être apprécié n’était-ce que malheureusement l’échéancier électoral semble justifier une précipitation de projets qui ne sont pas encore à point et qui résultent en plus de confusion et de ratés que de bien.

C’est le cas du règlement sur la protection des passagers du transport aérien. Dans sa hâte de pouvoir se vanter d’avoir agi fermement pour protéger les passagers, le gouvernement a précipité l’entrée en vigueur de certains éléments du nouveau règlement, semant ainsi confusion tant chez les passagers que chez les transporteurs. Ajouté à cela la décision d’imposer des amendes salées quelques jours à peine après l’entrée en vigueur du nouveau règlement, et ce pour des manques d’information dans une petit nombre d’aéroports, plutôt que servir un avertissement en bonne et due forme, fait vraiment preuve de mauvaise foi envers un partenaire-clé dans la réussite de l’objectif énoncé d’améliorer l’expérience du passager.

L’industrie du transport aérien espère vivement que la personne assignée aux transports par le premier ministre du nouveau gouvernement sera un véritable champion du transport plutôt qu’un autre politicien captif du ministère et utilisé comme simple porte-voix de ce dernier.

Il serait rassurant aussi que, contrairement à 2015, la lettre de mandat du ministre des Transports contienne au moins une mention des objectifs cités du Premier ministre pour soutenir une industrie canadienne du transport aérien sécuritaire, durable et de classe mondiale.  Le mandat obtenu par l’actuel ministre ordonnait « une collaboration étroite avec vos collègues… un dialogue constructif avec les Canadiens et les Canadiennes, la société civile et les partenaires, y compris les représentants des milieux d’affaires… »  Malheureusement, la tendance à confondre les mots « collaboration » et « information » nuit à un réel dialogue avec le ministère si nécessaire au bon cheminement des dossiers chauds du ministère.

******************

L’ATAC Honore Pierre Jeanniot

C’est avec plaisir que l’ATAC profitera de son Congrès annuel pour honorer un membre de notre industrie qui s’est particulièrement distingué tout au long de sa très prestigieuse carrière. Pierre Jeanniot recevra le Prix Réalisations Exceptionnelles lors du Souper gala du mardi, 19 novembre.

Pierre Jeanniot a eu une carrière distinguée dans l’aviation. Un gestionnaire très réussi mais aussi un innovateur. Contribuant au développement du premier enregistreur de données de vol complet, plus tard connu sous le nom de Black Box, il a également mis en place le premier dispositif de lecture permettant de lire et d’analyser la sortie de la bande analogique.

Sous sa direction, en tant que vice-président exécutif et chef de la compagnie aérienne, Air Canada a lancé un nouveau produit appelé «Business Class», qui allait devenir un succès majeur et largement imité par d’autres compagnies aériennes.

Pierre, malgré l’avis contraire de son équipe commerciale, introduit des vols non-fumeurs chez Air Canada. Cela a changé la donne, il a rapidement obtenu l’appui du gouvernement au Canada et a été progressivement copié et mis en œuvre par d’autres pays.

En tant que président et chef de la direction d’Air Canada, Pierre Jeanniot a convaincu le gouvernement qu’Air Canada devrait être privatisée et autorisée à avoir accès à des capitaux privés. Cette vaste entreprise était une «première» au Canada et a servi de modèle à la privatisation d’autres sociétés d’État telles que CNR et NAV CANADA.

Pierre Jeanniot, membre émérite de l’ATAC depuis 1988, a reçu un nombre impressionnant de prix et distinctions honorifiques incluant trois doctorats honorifiques et le Prix de la stratégie commerciale des compagnies aériennes pour son rôle de premier plan dans la gestion de la crise consécutive aux attaques terroristes du 11 septembre. Intronisé au Panthéon de l’aviation canadienne et au Panthéon de l’aviation et de l’espace du Québec et nommé Officier de l’Ordre du Canada et l’Ordre nationale du Québec, Il a également été nommé à la Légion d’Honneur française.

 

 

imprimer cet article